quarta-feira, janeiro 07, 2009

Le chat



Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de ton corps brun.


(C. Baudelaire)

2 comentários:

Anónimo disse...

Bicho:
Belo o poema, giro o gato, bonita a foto.
Beijo
Maria

Anónimo disse...

Bicho:
Depois de ler o "Gato", estive a reler outros poemas Baudelaire. Gosto muito deste. Conheces?

Le Vin du solitaire


Le regard singulier d'une femme galante
Qui se glisse vers nous comme le rayon blanc
Que la lune onduleuse envoie au lac tremblant,
Quand elle y veut baigner sa beauté nonchalante;


Le dernier sac d'écus dans les doigts d'un joueur;
Un baiser libertin de la maigre Adeline;
Les sons d'une musique énervante et câline,
Semblable au cri lointain de l'humaine douleur,


Tout cela ne vaut pas, ô bouteille profonde,
Les baumes pénétrants que ta panse féconde
Garde au coeur altéré du poète pieux;


Tu lui verses l'espoir, la jeunesse et la vie,
— Et l'orgueil, ce trésor de toute gueuserie,
Qui nous rend triomphants et semblables aux Dieux!


— Charles Baudelaire

Um beijo
Maria

Outros Tempos

Miradouro do Mindelo, Praia das Maçãs “Diante da vastidão do tempo e da imensidão do espaço  é uma alegria para mim partilhar uma época e u...